SIAM
La station d’épuration des eaux usées de Saint-Thibault-des-Vignes
L'usine de Saint-Thibault-des-Vignes est une station d'épuration de haute performance, aux normes européennes et dont la qualité des eaux rejetées est conditionnée par le classement en "zone sensible". Le classement en zone sensible du tronçon de Marne dans lequel se rejettent les eaux épurées est destiné à protéger la production d'eau potable à l'aval, à Neuilly-sur-Marne et implique donc un niveau de traitement élevé et constant.

Graphiques des performances environnementales de la station de Saint-Thibault-des-Vignes :
Concentrations dans les eaux rejetées, comparativement aux seuils limites autorisés



Rendements épuratoires de la station d’épuration, comparativement aux rendements minimums à atteindre (graphique 423.M2.01)





Du réseau d’assainissement au rejet au milieu naturel, voici les sept étapes de la dépollution des eaux usées dans la station d’épuration de Saint-Thibault-des-Vignes :

1. Dégrillage
2. Dessablage-déshuilage
3. Décantation
4. Epuration biologique
5. Rejet au milieu naturel
6. Désodorisation
7. Déshydratation des boues
8. Four d’incinération des boues



Le dégrillage
Les dégrilleurs retiennent les déchets les plus volumineux tels que les papiers, les plastiques etc. Les déchets accumulés contre les grilles sont automatiquement extraits.
Dessablage-déshuilage
Ils ôtent grossièrement les matières denses et flottantes. Les matières denses (les sables et les graviers) se déposent au fond du bassin tandis que les matières flottantes (les huiles et les graisses) sont remontées en surface grâce à de petites bulles d’air.
La décantation
Les matières en suspension dans l’eau se déposent sur des lamelles inclinées puis décantent au fond du bassin. Les matières accumulées au fond du décanteur forment des boues (n°7) et sont extraites périodiquement. L’eau, débarrassée des matières en suspension et des phosphates, s’écoule vers le traitement biologique.
L’épuration biologique
Les bassins d’épuration biologique sont remplis de billes de polystyrène favorisant la fixation de bactéries. Ces bactéries digèrent la pollution carbonée et azotée pour leur développement. Les bactéries mortes forment des boues (n°7) régulièrement extraites.
Le rejet en milieu naturel
Après chaque étape de traitement, l’eau est analysée en continu pour être finalement rejetée en Marne, selon des normes qui préservent la qualité du milieu naturel.
La désodorisation
L’air malodorant aspiré dans les bâtiments de la station d’épuration (qui est entièrement couverte) est lavé à l’aide de produits chimiques concentrés (eau de javel, acide, …).
La déshydratation des boues
Issues de la décantation (n°3) et du traitement biologique (n°4) , les boues sont déshydratées à l’aide de centrifugeuses. Elles sont ensuite chaulées pour être utilisées comme fertilisant par les agriculteurs.

Le bon geste :
Ne les jetez pas dans vos toilettes. Mettez-les dans votre poubelle.
Le four d’incinération des boues d’épuration
Les boues, résidus de l’épuration sont, pour moitié, incinérées à plus de 850°C dans un lit de sable. Les polluants contenus dans les fumées sont récupérés dans deux types de filtres. L’air rejeté est analysé en continu dans la cheminée.
Quelques chiffres :

  • La station d’épuration de Saint-Thibault-des-Vignes reçoit les eaux usées de 29 communes soit 230 000 habitants et plus de 20 000 entreprises ou industries.

Actuellement, 39 000 m3 d’eau sont épurés en moyenne par jour mais la station d’épuration a été conçue pour en absorber plus, anticipant sur le développement démographique et économique de la région.